Soudage Maroc

Le soudage Maroc est un procédé d’assemblage permanent. Il a pour objet d’assurer la continuité de la matière à assembler. Dans le cas des métaux, cette continuité est réalisée à l’échelle de l’édifice atomique. En dehors du cas idéal où les forces inter-atomiques et la diffusion assurent lentement le soudage des pièces métalliques mises entièrement en contact suivant des surfaces parfaitement compatibles et exemptes de toute pollution, il est nécessaire de faire intervenir une énergie d’activation pour réaliser rapidement la continuité recherchée.

soudage maroc

Les différentes techniques de soudage

Il existe différentes techniques de soudage que nous allons vous présenter dans ce guide.

1) Le soudage au chalumeau

Le soudage Maroc au chalumeau, ou soudage flamme, est l’une des techniques de soudage les plus connues et les plus employées. Son principe est simple : il faut obtenir une flamme à l’aide du chalumeau et de deux types de gaz. Il faut un gaz carburant (comme l’acétylène, le propane, le butane ou le méthane) et un gaz comburant (principalement l’oxygène mais parfois l’hydrogène ou le gaz naturel).

La flamme est le plus souvent obtenu par un mélange d’oxygène et d’acétylène (nommé oxy-acétylène) ou par un mélange d’oxygène et de propane (nommé oxy-propane) parce que ces mélanges donnent de très hautes températures favorables à la fusion des métaux.

2) Le soudage TIG

Le soudage Maroc TIG (Tungsten Inert Gas) est une technique de soudure utilisant un arc électrique, une électrode en tungstène et un gaz inerte (ou neutre). L’arc électrique est établi entre une électrode en tungstène et les pièces à souder. Un gaz neutre est projeté dans la zone de soudage pour protéger l’arc électrique, l’électrode, le métal d’apport et le bain de fusion de l’oxydation de l’air. Ce gaz neutre est généralement de l’argon car il peut protéger tous les métaux en fusion. Ce type de soudage est destiné à la réalisation de travaux fins requérant une qualité de soudure parfaite.

électrodes-TIG

3) Le soudage MMA

Le soudage Maroc MMA (Manual Metal Arc) est une technique de soudure à l’arc électrique. Le but est de créer un court-circuit qui provoque un arc électrique et un très grand dégagement de chaleur (4000 voire 4500°C). C’est l’électrode qui sert de métal d’apport et qui permet donc de réaliser la soudure en fondant sur la pièce à souder. L’électrode peut être de trois types différents :

  • elle peut être rutile c’est-à-dire que l’enrobage est en oxyde de titane, en alliage ferreux et en silicate ;
  • elle peut être basique avec un enrobage en carbonate de calcium, en alliage et en fondant (spathfluor) permettant d’abaisser la température de fusion ;
  • elle peut être cellulosique avec un enrobage de cellulose et de matières organiques qui assure une abondance de gaz et permet une meilleure pénétration.

L’électrode détermine le choix de la polarité : une électrode rutile a une polarité directe (électrode au -) tandis qu’une électrode basique a une polarité inversée (électrode au +).

Le soudage MMA est employé pour les soudures épaisses, les cordons larges et les gros efforts mécaniques.

4) Le soudage MIG-MAG

Le soudage Maroc MIG-MAG est une technique de soudure qui créé un arc électrique et qui mélange deux procédés : le procédé MIG (Metal Inert Gas) qui utilise un gaz de protection inerte et le procédé MAG (Metal Active Gas) qui utilise un gaz de protection actif. Avec cette technique, l’électrode sert de métal d’apport. Le gaz inerte (Argon ou Hélium) dans le procédé MIG et le gaz actif (Argon/CO2 ou Argon/Oxygène) dans le procédé MAG permettent de protéger l’électrode, l’arc électrique et le bain de fusion. Cette technique de soudage est utilisée pour les soudures par points, épaisses ou rapides pour les matières suivantes : acier, inox, aluminium.

5) Le soudage plasma

Le soudage Maroc plasma est une technique utilisant un arc électrique et qui reprend les procédés du soudage TIG et du soudage MIG. Le jet plasma est obtenu après création d’un arc électrique entre une électrode non-fusible et la pièce à souder. Cette technique a besoin d’un gaz supplémentaire en plus du gaz principal (généralement de l’Argon), nommé gaz annulaire et qui est composé d’hydrogène ou d’hélium. L’électrode est protégée par une buse en cuivre qui est en permanence refroidie à l’eau pour éviter sa fusion.

L’entreprise PICF a su s’approprier un bon nombre de ses techniques pour répondre aux besoins des clients sur différents chantiers.

N’hésitez pas à jeter un œil à notre catalogue ou à nous contacter.

A lire également